Atelier d'écriture narrative avec Quentin Jardon

18 juin 2019

 

Jack London, Gay Talese, Robert Ezra Park et Claude Lévi-Strauss ont un point commun. Que ce soit l’écrivain Jack London lorsqu’il écrivait son roman L’Appel du monde sauvage, le journaliste Gay Talese lorsqu’il enquêtait sur la libération sexuelle des Américains pour rédiger La Femme du voisin, Park lorsqu’il écrivait Le Journaliste et le sociologue ou l’anthropologue Claude Lévi-Strauss lorsqu’il étudiait les indiens Caduveo pour l’Université de São Paulo, tous se sont immergés dans leur sujet.

Avec eux, les frontières entre littérature, journalisme et sciences sociales sont parfois assez floues pour que ces disciplines pourtant différentes dans leurs finalités partagent la même boîte à outils. Il n’est d’ailleurs pas rare que certains passent ces frontières, se retrouvant tantôt écrivain, tantôt journaliste, tantôt sociologue.

« Je me suis enfoncé dans les bas-fonds de Londres dans des dispositions d’esprit que je rapprocherais de celles d’un explorateur. J’étais prêt à me laisser convaincre par les preuves que j’aurais sous les yeux, plutôt que par les enseignements de ceux qui n’avaient rien vu ou par les mots de ceux qui avant moi s’étaient rendus sur place et avaient vu ». Jack London

C’est par la tradition du journalisme narratif, dont Jack London a été un précurseur et que Florence Aubenas (avec Le quai de Ouistreham) et Mathieu Carrière illustreront si magistralement 100 ans plus tard que nous nous laisserons inspirer au cours de cet Atelier.

Il nous emmènera très loin du dogme de l’écriture courte et des formats minimalistes qui ont contribué à désinca rner nos magazines d’entreprise, parfois en les limitant à une simple juxtaposition de brèves.

 

 

Rendre un article aussi palpitant qu’un roman

Les journalistes et les communicants sont de plus en plus nombreux à s’inspirer des romanciers. Pourquoi pas vous ? En analysant quelques grands récits journalistiques qui adoptent les mécanismes de la fiction, nous découvrirons quelles sont les techniques pour rendre un article de type long (> 5.000 signes) vivant, intrigant et brillamment agencé.

Nous verrons comment ils se distinguent d’articles plus traditionnels, de facture très classique, abordant un même sujet. Enfin, à partir d’un texte bêta, nous nous exercerons à pratiquer la narrative non fiction.

À l’issue de la formation, les participants détiendront quelques clés pour réussir à structurer un article comme un véritable récit, avec une amorce percutante, des personnages, un décor, une intrigue, un fil rouge et une chute imparable, de façon à sortir d’une construction scripturale trop factuelle et convenue. Ils auront adopté quelques techniques pour qu’émerge la matière la plus romanesque de leur sujet, sans jamais délaisser la précision et l’exactitude des faits.

Un mot sur le formateur

Après avoir dirigé la revue de grands reportages 24h01, Quentin Jardon a cofondé le magazine Wilfried, pour lequel il écrit régulièrement des portraits et de longs récits. Il vient de publier un premier livre, Alexandria (Gallimard, 2019), qui est une histoire sur les pionniers oubliés du Web, la dernière utopie du XXe siècle. Il est également passé par l’Université de Louvain en tant qu’assistant pour le Master en Journalisme.

En pratique :

  • 18 juin 2019, de 14h à 17h30
  • Accueil à 13h30
  • TRANSFORMA BXL, Avenue Jules Bordet 13, 1140 Bruxelles
  • Tél. : 02 31 81 920

Inscrivez-vous vite : les trois premiers inscrits recevront le livre Alexandria, de Quentin Jardon, fraîchement sorti de presse chez Gallimard !

Sélectionez l'image pour l'interactivité

Je participe comme membre : 50€

Je participe comme non-membre : 100€